Branding

Ceci est un bloc de débogage

Menu

Ceci est un bloc de débogage

Contenu

Ceci est un bloc de débogage

Réseau international

Nous entretenons des contacts avec des réseaux apparentés dans toute l’Europe.

Women in Architecture WiA

En août 1975, la revue AD publiait un numéro dédié aux «femmes en architecture». Il présentait notamment le résultat d’une enquête menée par Monica Pidgeon, à laquelle une centaine de femmes avaient répondu. Cette enquête avait comme objectif, d’une part de définir la contribution spécifique des femmes en architecture, par rapport à celle de leurs collègues masculins et d’autre part, de dégager les avantages et désavantages liés au statut de femme architecte.

En 2015, quarante ans plus tard, une enquête internationale a été lancée par l’Architectural Association School of Architecture (UK) visant à mettre en lumière ce qui a changé dans la situation des femmes architectes. Traduite en plusieurs langues, cette nouvelle enquête est largement diffusée (plus de 64 pays, dont la Suisse). Ses conclusions s’appuient sur plus de 1300 réponses.

Les réponses proviennent majoritairement de pays qui disposent de réseaux numériques organisés et déjà sensibles à la problématique genre. Le réseau Femme et SIA a été sollicité pour coordonner l’enquête au niveau national.

Parmi l’ensemble des participants et pays, environ 92% sont des femmes, 60% sont âgés de moins de 40 ans, environ 60% n’ont pas d’enfant, plus de 73% d’entre eux travaillent à temps plein et moins de 14% travaillent avec leur conjoint.

Le participant type de cette enquête est donc une femme de moins de 40 ans, sans enfant, travaillant à plein temps, vivant dans un pays anglophone et familiarisée aux ressources numériques.

L’équilibre hommes-femmes au sein de la profession est souhaité par plus de 78% des participants. Cependant, la grande majorité des femmes de moins de 30 ans ayant répondu sont opposées à l’idée de quotas ou de discrimination positive. Elles la perçoivent comme une réelle discrimination à l’encontre des femmes et considèrent que seules compétences et qualifications doivent être prises en compte sans l’intervention de critères genre.

Si la contribution spécifique des femmes en architecture est reconnue (travail collaboratif et créatif, caractère non-compétitif), l’emploi du temps et l’exploitation au travail restent des problématiques genres très fréquentes. Les conditions relatives notamment à la maternité et l’éducation des enfants sont régulièrement mentionnées comme insuffisantes.

Aucun avantage ou désavantage particulier ne parait lié au sexe dans la profession. Il semble qu’il n’y ait aucune différence ressentie en matière de compétences ou de qualifications. Il est cependant important de faire le lien entre profession et client potentiel (homme ou femme) pour lequel l’idée d’efficacité professionnelle et de compétitivité sont traditionnellement associées à un rôle masculin.

Les femmes architectes sont peu connues. Si les professionnels connaissent principalement celles qui sont diffusées par les médias, il y a fort à parier que le grand public ne soit pas mieux informé. Il semble dès lors important de promouvoir le travail des femmes architectes plus largement afin de changer les images préconçues liées à la profession.

Réseaux en voyage

A l’occasion de notre manifestation réseaux en voyage – entre tourisme et culture architecturale au début de l’été 2015, nous avons eu l’occasion pendant plusieurs jours de faire connaissance avec la vision et la manière de travailler de quelques-unes de ces organisations, et d’échanger avec les diverses représentantes. Plusieurs projets communs, qui doivent porter leurs premiers fruits au cours des prochains mois, ont été amorcés à cette occasion.

Liens